CORNEILLA CYCLOSPORT CATALAN : Le Forum
CORNEILLA CYCLOSPORT CATALAN : Le Forum

C'EST PAS PARCE QU'ON A RIEN A DIRE QU'IL FAUT ... SE TAIRE
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CR du mont Tauch

Aller en bas 
AuteurMessage
misslolo



Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: CR du mont Tauch   Dim 1 Aoû - 22:15

CR de l’enfer du Mont Tauch

6h10.
Le rendez-vous est précis, matinal et frais pour un 25 juillet de l’An de grâce 2010.
Ce n’est pas un rendez-vous avec l’Histoire (avec un grand H)
mais plutôt pour un drôle de combat qui s’annonce…
Mon destrier « Trek », appaloosa américain, piaffe, bien au chaud dans sa housse…
Lui aussi ressent l’excitation de la bataille. Tout comme moi depuis la veille.
Le doute est toujours présent avant l’ultime minute.
Enfin les équipages et destriers sont chargés dans le carrosse par le fidèle écuyer Jeremy
et en route pour rejoindre Sir Esenio de la Raho en sa demeure.
A notre arrivée nous constatons des visages graves et concentrés.
La journée va être rude et quelques rires essaient de détendre l’atmosphère.
Tous sont là, prêts pour l’attaque !
Il n’y aura pas de quartier, pas de prisonniers. Ce sera LUI ou nous !

Lui, c’est le Mont Tauch, trônant fièrement dans cette vallée cathare.
Toujours défait, jamais conquis.
Dominant son monde de façon presque dédaigneuse.
Mais sa mémoire est courte.
Ne l’a-t-on pas déjà vaincu l’année précédente sans mettre pied à terre ?
IL pense pouvoir encore nous impressionner.
L’instant du combat approche, fatidique et tellement recherché, attendu, espéré, redouté.

On s’organise, on s’échauffe le corps et l’esprit.
Les yeux se cherchent, les gorges se nouent.
Le départ des hostilités est prévu pour 8 h 30.
Dame Tramontane n’est pour l’instant qu’une légère bise caressante.
200 chevaliers, fiers et impétueux s’élancent sous la bannière dans un fol espoir.

Paziols, le premier village rencontré, ne résiste que peu. Puis, à la vue des premiers contreforts annonçant le champ de bataille, les chevaux sont lâchés, les brides de casques abattues, les dérailleurs martyrisés.
Le peloton restera groupé pendant 20 lieues avec une succession de freinages dangereux et de dures relances. Cela est usant et stressant. Dans ces conditions je n’ose pas boire, mais d’autres si (des imprudents qui échappent leur gourde, enfin je me comprends, suivez mon regard…!)
Je ne souhaite qu’une chose : la montée, pour que tout cela se décante.
Pour qu’enfin tout le monde retrouve sa vraie place.
Sir Robert et Sir Stéphane, fidèles parmi les fidèles, m’accompagnent, me précèdent et ainsi m’abritent de cette perfide Tramontane maintenant déchaînée. Ils me soutiendront jusqu’au bout sans faiblir dans cette quête qui passera forcément par une joute épique.
Leur longue expérience et leur savoir-faire déjoueront certainement tous les pièges tendus par mes adversaires puis par cette sacrée Montagne. Du moins je le souhaite ardemment.

L’exercice est très difficile pour qui connaît l’esprit de compétiteur qu’il reste en eux.
Il faut d’abord faire abstraction de sa testostérone lorsque des gueux, moins aguerris que vous, vous dépassent, un sourire narquois pendu à leurs lèvres. La fin de la course donnera raison à mes anges gardiens.
Ensuite il faut accepter de laisser partir le peloton où vous êtes bien à l’abri parce que je n’arrive plus à suivre. Ils savent, ces grands seigneurs, qu’ils vont devoir lutter tout le reste de la course seuls face à cette tramontane qui commence à se déchaîner (et là, cela fait mal aux jambes !)
Après, dans la côte, ils doivent m’attendre alors que l’envie d’attaquer les démange… quelle patience…
Tout cela, tous ces sacrifices, pour être solidaires avec moi, pour participer à mon improbable réussite.
En cela on reconnaît une grande valeur de cœur. La preuve que de nos jours l’esprit chevaleresque existe encore.
MERCI, un grand Merci à vous tous du club qui m’aidez. Et plus particulièrement pour cette course à Robert et Stéphane.

Dans notre équipage une première salve est lancée par Sir Jeremy et Sir Esenio, une deuxième par le jeune Duc Nicolas, puis notre groupe de trois en suivant.
Les arrières, logistique et soutien aux troupes, sont assurées par les reines Nathalie et Jocelyne et le jeune prince à leur côté Sébastien, qui ne ménagent pas leur peine en encouragements.

La course est difficile car il n’y a aucun moment de répit. Le vent use, les descentes sont fatigantes, toujours en prise et je suis tendue sur mon guidon. Les rafales me font faire des écarts. Mon destrier reste impassible et me rassure.
Dans une côte mon collègue Philippe me double , heureux de voir un postérieur (« un petit cul » dixit) qu’il connaissait, après sa longue course seul en « chasse-patate » car il avait été lâché par le peloton. Il aurait dû rester à l’abri avec nous. Ainsi, lorsque sur le plat nous l’avons doublé, il n’avait plus les jambes pour nous suivre.
Par contre Mélanie, elle, avait encore de très bonnes jambes jusqu’au mont Tauch. Nous nous sommes suivies. Impossible de la lâcher. Elle aurait pu aller plus vite. Ce qu’elle a prouvé à l’attaque des plus rudes pentes où , là , je ne pus résister à sa jeunesse.
Le Mont Tauch, parlons-en du Mont Tauch, je connais la bête, je l’ai déjà vaincu 3 fois dont deux en course. Difficile, peu digeste, avec ses passages à plus de 15 %.. sans matière grasse !
Auparavant je l’avais trouvé très dur, mais avec le vent il est démoniaque. L’Enfer du Mont Tauch porte bien son nom. J’avais déjà laissé des plumes dans la course, qu’elle m’a semblée longue cette ascension, un véritable purgatoire. J’ai vraiment souffert dans les passages à haut dénivelé, j’ai eu des crampes aux mollets, aux cuisses, et même au moral en même temps. Mais je n’ai pas lâché, je n’ai pas mis pied à terre.
Sir Robert, comme il était prévu, m’accompagna jusqu’au pied du Mont Tauch. Après s’être saoûlé de vent dans de longs relais épuisants. Puis Stéphane dernier fidèle à m’accompagner, m’encourageait « allez Lolo, elle aussi elle a mal, allez, ton objectif c’est moins de 4 h , on met 8 minutes pour faire un km allez courage, dépêches toi ! » …comme si j’avais envie que cela s’éternise ! J’aurai donné, tiens, mon bidon pour un escalator !
Mes tempes vont éclater. Mon cœur qui bat la chamade, s’emballe. L’effort colossal de tout mon corps va me faire imploser. Toujours à la limite, au bord de l’asphyxie, je serre les dents, l’orgueil au bout des lèvres. J’y arriverai, me répètes-je, je le vaincrai encore une fois, encore une fois.
Là, malgré la chaleur des encouragements, tu vis un grand moment de solitude. L’obsession de l’arrivée au sommet te fait faire les derniers kms comme dans un tunnel, hors espace-temps. Le monde entier est figé. Tu n’avances pas. Toi aussi tu es figé. Le goudron t’appelle. La route te nargue. Tu vois les moindres aspérités comme autant de rampes supplémentaires à gravir. Tu slalomes entre les gravillons pour ne pas être ralenti ! Tu en viens à la haïr, cette route ! Surtout ne pas regarder le compteur. Rester les yeux rivés sur ta roue.
Cette roue qui ne tourne pas aussi vite que tu le voudrai. Non, tu n’as pas le droit de lâcher, tu dois mériter leur confiance jusqu’au bout. Tu dois donner le peu de ce qu’il te reste.
Les pensées s’embrouillent, le cerveau s’embrume. La délivrance est là, tout prés. Enfin, Stephane, toujours courtois, me laisse passer en premier la ligne d’arrivée.
Tout mon corps meurtri exulte sa douleur qui se transforme comme par miracle en joie, en pur bonheur. J’y suis arrivé. Encore une fois. NA !




F.Schlek a dit : « tu dois tomber après la ligne si tu as fait ton maximum «
c’est ce que j’ai fait, car impossible de décaler, j’ai continuer de monter en réessayant , mais une terrible bourrasque m’a jeté à terre comme un vulgaire fétu de paille. J’étais trop épuisée. Trop légère… ?

Le vent n’a épargné personne. Esenio, en vététiste confirmé, a évité la chute en sautant dans le fossé tel Armstrong (il voulait certainement tester la fiabilité de ces nouvelles roues carbone)
Jéremy est tombé et a fini les derniers mètres à pied (« et puis merde à la fin je n’en peux plus » lâche-t-il, dégouté)
Nicolas lui aussi est tombé à cause de sa chaîne, comme Schlek.
Pas de crevaison car Philou n’était pas là, il a préféré rester avec son ange Katia, croiser le fer avec la Madeloc.

Descente en douceur avec un arrêt pour relaxer les avant bras.
Heureuses retrouvailles en bas. Délivrance et compte-rendu « à chaud » enflammé de tout un chacun.
J’étais si fatiguée que je zappe la douche (elle est trop loin !)
Vite une chaise et à manger….

C’est eux qui se sacrifient, moi j’essaye de mériter et d’être à la hauteur.
Désolée je n’ai pas réussi à rattraper Mélanie.
C’est par contre moi qui reçoit les honneurs. MERCI ENCORE .
Je finis première et seule dans ma catégorie (les absents ont toujours tord, comme dit mon maaarrrri) avec le brevet d’or.
Il y a de moins en moins de féminines qui font le mont Tauch. Tu te fais avoir une fois, mais le faire plusieurs fois est assez démoniaque. Je pense que cela en rebute plus d’une.(et même plus d’un)
Il y a eu quand même aujourd’hui près de 70 abandons
J’ai enfin gagné le beau maillot à pois, car les autres fois j’étais deuxième.
J’ai eu aussi une caisse de vin, une invitation au Critérium de Quillan, un forfait ski à Camurac.
Et une coupe !
En plus le remake de « l’effet Impulse : soudain un étranger vous offre des fleurs «
Un gentil bénévole vous offre un kilo de miel, comme cela, gentiment.
J’ai toujours eu de la chance dans la vie, les gens sont gentils avec moi.
Pourvu que cela dure.

Après visite de la cave - ah les yeux émerveillés et gourmands de Stéphane ! -je ne savais pas qu’il aimait autant le vin. Les femmes, elles, ont choisi de l’huile. Elles sont belles ces bouteilles de muscat !
Retour à la maison, petit arrêt pour boire le café chez les Soler.
Re-debreafing. On ne se lasse pas de ses moments là où la tribu est regroupée.
Les commentaires et analyses vont bon train et tout le monde y va de son anecdote.

Encore une bonne journée et toujours une pensée pour Phil.


Bisous à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SOLER ESENIO



Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: CR du mont Tauch   Mar 3 Aoû - 11:33

I love you
merci Lolo pour cette page de prose , quel plaisir de te lire
je pense qu'il faudra que tu prennes ma place à l'écriture du blog
Vraiment un régal de te lire.

Biz @ + lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jc Drubay

avatar

Nombre de messages : 131
Age : 72
Localisation : St Genis des Fontaines
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: CR du mont Tauch   Mar 3 Aoû - 13:35

Salut lolo
Je crois que tu va pouvoir ecrire "les mémoires de tresse blonde" vu le récit que tu nous as fait sur le mont tauch.Félicitation pour ce petit roman bien tourné
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stef

avatar

Nombre de messages : 260
Age : 51
Localisation : palau del vidre
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: CR du mont Tauch   Mar 3 Aoû - 17:14

salut lolo
bravo pour ton récit !!!! on si croirait de nouveau .
tu as eu un sacrée courage pour finir cette enfer , sa fait un petit moment que nous roulons
ensemble , et je ne t' avait jamas vue souffrir de cette maniére "CHAPEAU"
bisous


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Admin
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 67
Localisation : Châteauroux (36) dans le Berry
Date d'inscription : 10/01/2008

MessageSujet: Re: CR du mont Tauch   Mer 4 Aoû - 20:55

Après t'avoir lu ma Lolo, je l'avoue avec gourmandise puisque je t'ai lu 2 fois je n'aurais qu'un mot : PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF!!
Et puis aussi, cerise sur le gâteaux, cette phrase qui à moi me fait mal : "On ne se lasse pas de ses moments là où la tribu est regroupée". oui oui PFFFFFFFFFFFFFFF !!!
Gros bisous Phil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vca-cyclosport.over-blog.fr/
misslolo



Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: CR du mont Tauch   Jeu 5 Aoû - 12:19

Salut à tous

Pour l'ecriture, je n'ai aucun mérite , j'ai écrit un premier texte qui ensuite a été nettement amélioré par mon marrrrrrrrrri

bises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CR du mont Tauch   

Revenir en haut Aller en bas
 
CR du mont Tauch
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Mont Tauch en découverte....
» Participer à une cyclosportive
» 11 Novembre , la montée du mont Sainte-Odile à la marche
» Infos Mont de Marsan (2008-2009)
» Espoirs : Agen 30 Mont de Marsan 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CORNEILLA CYCLOSPORT CATALAN : Le Forum :: SECTION CYCLOSPORT :: Cyclosport-
Sauter vers: